Page 9 - 2013 French Annual Repoprt

Basic HTML Version

faiblement – et dans le cas du satellite Planck, un ciel parfaitement gaussien, où deux paramètres suffisent à décrire les fluctuations issues
du Big Bang.
Nos théories actuelles ne prédisent ni n’expliquent cette incroyable simplicité. De fait, les tendances les plus populaires vont dans le sens
contraire – semblant impliquer un univers fou, aléatoire, un « multivers », où il y a pratiquement de tout. Cela rend la situation très intéressante,
parce que la simplicité que nous observons maintenant pourrait pointer vers un principe fondamental nouveau de la nature. Cela indique que
nous pourrions être au seuil d’une révolution.
Dans le passé, des contradictions semblables ont engendré des progrès spectaculaires. Au début du XX
e
siècle, le conflit entre, d’une part,
les théories de Maxwell sur l’électromagnétisme et la lumière et, d’autre part, la thermodynamique et la mécanique classiques, ont conduit
à la physique quantique et à la relativité. Ces dernières ont semé les germes de nouvelles technologies, dont les lasers, les ordinateurs, les
disques compacts, le GPS, etc. Notre société du XXI
e
siècle est construite sur la physique du XX
e
siècle.
Où peut-on mieux qu’à l’Institut Périmètre élaborer les principes puissants et prédictifs dont nous avons besoin pour expliquer l’univers tel
que nous l’observons aujourd’hui? C’est avec enthousiasme que je prends possession de la chaire Niels-Bohr, que Mike et Ophelia Lazaridis
ont créée avec leur générosité habituelle. Ma première priorité au cours des cinq années à venir sera de canaliser nos recherches. L’Institut
Périmètre est comme un voyage vers la Lune : nous venons de terminer la phase d’accélération; il nous reste maintenant à bien viser pour
atteindre notre but.
La clé du succès consiste à réunir les bonnes personnes et à faire en sorte qu’elles puissent faire les meilleures recherches possibles.
J’ai le plaisir de dire que plusieurs scientifiques exceptionnels se sont joints à nous cette année. Dmitry Abanin et Roger Melko sont deux
jeunes chefs de file dans le domaine des matériaux quantiques, dont les propriétés présentent un potentiel immense d’utilisation dans les
nouvelles technologies. Kendrick Smith et Matthew Johnson sont des cosmologistes dont les recherches combinent théorie fondamentale
et observation. Kendrick Smith est membre de l’équipe de l’expérience WMAP, qui vient de mériter le prestigieux prix Gruber 2012 de
cosmologie. Luis Lehner, l’un des chefs de file mondiaux des phénomènes de gravité forte (comme les trous noirs), est devenu professeur
à plein temps à l’Institut Périmètre, après avoir été pendant trois ans professeur associé dans le cadre d’une nomination conjointe avec
l’Université de Guelph.
Nous sommes également ravis d’accueillir Kevin Costello, qui se joindra à nous l’an prochain comme premier titulaire de la chaire Fondation-
Krembil-William-Rowan-Hamilton de physique théorique de l’Institut Périmètre. M. Costello est un spécialiste de premier plan de l’élaboration
d’approches mathématiques puissantes des champs quantiques. Il est le premier authentique mathématicien à joindre les rangs du corps
professoral de l’Institut. Tout comme Kevin Costello, Davide Gaiotto, premier titulaire de la chaire Fondation-Krembil-Galilée de physique
théorique de l’Institut Périmètre, bénéficie de l’appui et de la commandite de la Fondation Krembil. C’est du fond du cœur que nous
remercions la famille Krembil et sa fondation, dont le soutien visionnaire des chaires Galilée et Hamilton de l’Institut Périmètre contribuera à
la recherche de pointe en mathématiques et en physique mathématique.
Tous ces scientifiques sont venus à l’Institut Périmètre pour la même raison que moi : nous avons la conviction que, si nous nous concentrons
sur ce qui est fondamental avec des objectifs ambitieux, des percées scientifiques sont non seulement possibles mais inévitables.
– Neil Turok
|
7