Page 66 - 2013 French Annual Repoprt

Basic HTML Version

64
|
anne x es
David Cory
(Ph.D., Université Case Western Reserve, 1987), nommé conjointement avec l’Institut d’informatique quantique de
l’Université de Waterloo, a été chercheur à l’Université de Nimègue, aux Pays-Bas, au Laboratoire de recherches navales du Conseil
national de recherches des États-Unis, à Washington (District de Columbia), ainsi qu’à l’Institut de technologie du Massachusetts. Il
a également dirigé les activités de recherche-développement en résonance magnétique nucléaire chez Bruker Instruments. Depuis
1996, M. Cory explore les défis expérimentaux de la construction de petits processeurs quantiques fondés sur les spins nucléaires,
les spins électroniques, les neutrons, les dispositifs supraconducteurs à courant persistant et l’optique. En 2010, il s’est vu attribuer la
chaire d’excellence en recherche du Canada sur le traitement de l’information quantique. David Cory préside le comité consultatif du
programme
Information quantique
de l’Institut canadien de recherches avancées (ICRA).
Matthew Johnson
(Ph.D., Université de la Californie à Santa Cruz, 2007) est devenu professeur associé à l’Institut Périmètre en
août 2012, dans le cadre d’une nomination conjointe avec l’Université York. Auparavant, il a été boursier postdoctoral Moore à
l’Institut de technologie de la Californie, puis postdoctorant à l’Institut Périmètre. M. Johnson est un cosmologiste dont les recherches
interdisciplinaires visent à comprendre comment l’univers a commencé, comment il a évolué et vers quoi il s’en va. Pour ce faire, il
conçoit des algorithmes d’analyse de données pour confronter les théories fondamentales avec les observations du rayonnement
fossile (ou fonds diffus cosmologique). En 2012, il a obtenu une subvention du programme
Nouvelles frontières en astronomie et
cosmologie
de l’Université de Chicago et de la Fondation John-Templeton.
Raymond Laflamme
(Ph.D., Université de Cambridge, 1988) est professeur à l’Institut Périmètre depuis sa fondation, dans le cadre
d’une nomination conjointe avec l’Institut d’informatique quantique de l’Université de Waterloo. Il est aussi directeur fondateur de
l’Institut d’informatique quantique. Il a été chercheur à l’Université de la Colombie-Britannique et au Collège Peterhouse de l’Université
de Cambridge, avant de passer au Laboratoire national de Los Alamos en 1992, où il a réorienté sa recherche de la cosmologie à
l’informatique quantique. Depuis le milieu des années 1990, M. Laflamme a mis au point des approches théoriques de la correction
d’erreurs quantiques et en a mis certaines en œuvre dans des expériences. Il est directeur du programme
Information quantique
de
l’Institut canadien de recherches avancées (ICRA) depuis 2003. Il a été élu membre de l’ICRA, de la Société américaine de physique et
de l’Association américaine pour l’avancement de la science. Raymond Laflamme est également titulaire de la chaire de recherche du
Canada sur l’information quantique. Avec des collègues, il a fondé l’entreprise Universal Quantum Devices, qui commercialise certaines
retombées des technologies quantiques.
Sung-Sik Lee
(Ph.D., Université Pohang de sciences et technologie, 2000) est devenu professeur associé à l’Institut Périmètre en 2011,
dans le cadre d’une nomination conjointe avec l’Université McMaster, où il est professeur agrégé. Auparavant, il a été postdoctorant à
l’Université Pohang de sciences et technologie, à l’Institut de technologie du Massachusetts, et à l’Institut Kavli de physique théorique
de l’Université de la Californie à Santa Barbara. Les recherches de M. Lee portent principalement sur l’étude des systèmes quantiques
à N corps et à interaction forte à l’aide de la théorie quantique des champs, de même que sur les points de rencontre entre la physique
de la matière condensée et la physique des hautes énergies. Dans de récents travaux, il a utilisé la théorie de jauge comme lentille
d’observation du phénomène de fractionnalisation, entreprenant de transposer la correspondance AdS/CFT de la théorie des cordes à
la chromodynamique quantique et à la matière condensée, et élaborant une approche non perturbatrice de la compréhension des états
métalliques non conventionnels de la matière.
Roger Melko
(Ph.D., Université de la Californie à Santa Barbara, 2005) est devenu professeur associé à l’Institut Périmètre en septembre
2012, dans le cadre d’une nomination conjointe avec l’Université de Waterloo, où il est professeur depuis 2007. Auparavant, il a été
boursier postdoctoral Wigner au Laboratoire national d’Oak Ridge (2005-2007). M. Melko est un théoricien de la matière condensée
qui élabore de nouveaux algorithmes et méthodes de calcul afin d’étudier les systèmes fortement corrélés à N corps. Il se concentre
sur les phénomènes émergents, les phases des états fondamentaux, les transitions de phase, les systèmes critiques quantiques et
l’intrication. Entre autres distinctions, il a obtenu une bourse de nouveau chercheur, de même que le Prix du jeune scientifique en
physique informatique de l’Union internationale de physique pure et appliquée, remis par le Conseil de physique informatique. Il a
également été nommé titulaire de la chaire de recherche (de niveau 2) du Canada en physique informatique quantique à N corps.