Page 37 - 2013 French Annual Repoprt

Basic HTML Version

LA RICHESSE DE LA COLLABORATION
Lorsque j’ai appris que j’avais obtenu un poste de postdoctorant à l’Institut
Périmètre pour une période de trois ans, j’ai fêté cela de la meilleure manière que
je pouvais imaginer : je suis allé au supermarché acheter de la viande.
Cela peut sembler une fête bien discrète, mais après quelques années à faire de
la recherche avec de maigres moyens financiers – à dormir sur des canapés et à
emprunter de l’argent pour des billets de train – un bon steak était un festin royal.
Même si je n’avais pas d’argent lorsque j’ai posé ma candidature à l’Institut
Périmètre en 2011, j’étais déjà riche sur le plan scientifique.
Je travaillais avec Julian Barbour, physicien théoricien britannique qui fonctionne à
l’extérieur du cadre universitaire traditionnel, mais qui est reconnu comme le plus
grand expert mondial du principe de Mach et comme un brillant scientifique en
gravitation quantique et d’autres domaines qui me fascinent.
Peu après avoir obtenu une subvention de l’Institut FQXi (
Foundational Questions
Institute
), il m’a invité à me joindre à lui pour travailler à un projet dans son lieu
de recherche – une maison de ferme du XVIe siècle, appelée
College Farm
, dans
l’Oxfordshire.
J’avais obtenu peu de temps auparavant mon doctorat à l’Université La Sapienza de
Rome, dans mon Italie natale, et une petite subvention de voyage couvrait à peine le
loyer de mon appartement à Nottingham.
Julian Barbour défrayait le coût de mes fréquents voyages en train vers sa maison de
ferme. Il me logeait et me nourrissait pendant que nous travaillions sur certains articles à
propos de la dynamique des formes. Je lui serai toujours reconnaissant de sa gentillesse
et de sa générosité.
Tim Koslowski, ancien postdoctorant à l’Institut Périmètre
, et moi-même avons
récemment obtenu de l’Institut FQXi une subvention de 140 000 $ pour poursuivre nos
recherches sur « l’information, la complexité et la flèche du temps en dynamique des formes
». Grâce à cette subvention, nous pourrons continuer de travailler avec Julian Barbour
pendant encore deux ans (dont une partie à College Farm!). Ensemble, nous pouvons
poursuivre nos recherches dans de nouvelles directions.
Je suis ravi d’être à l’Institut Périmètre, où de telles collaborations internationales sur des
sujets risqués font partie du quotidien. Et en plus, les steaks y sont excellents.
− Flavio Mercati
|
35
« L’Institut Périmètre ressemble à une
grande conférence permanente. Je
peux aller au bistro, y faire une rencontre
imprévue, commencer une conversation,
et du coup attaquer un problème sous
un angle entièrement nouveau. Je
crois que cela est unique au monde. »
[traduction]
− Eugenio Bianchi,
postdoctorant à l’Institut Périmètre
« L’Institut Périmètre laisse beaucoup
de place à l’élaboration d’idées
nouvelles. Pour un postdoctorant,
qui est en début de carrière, c’est
vraiment important. » [traduction]
− Joseph Ben Geloun,
postdoctorant à l’Institut Périmètre
Flavio Mercati est postdoctorant dans le cadre du programme Frontières Templeton. Il s’est joint à l’Institut Périmètre en 2012.