Page 11 - 2013 French Annual Repoprt

Basic HTML Version

|
9
DE LA SCIENCE À LA SCIENCE-FICTION
En 1928, Paul Dirac a élaboré une équation (appelée
équation de Dirac
) qui prédisait
le comportement des électrons à des vitesses voisines de celle de la lumière. Mais
l’équation de Dirac avait aussi un côté obscur : elle fonctionnait pour quelque chose
que personne n’avait jamais vu, un électron ayant une charge positive. Autrement
dit, l’équation impliquait l’existence de l’antimatière. En 1932, les premiers positons –
antiélectrons chargés positivement – ont été découverts dans des chambres à brouillard.
Aujourd’hui, l’antimatière fait partie intégrante de la physique. Elle est essentielle en
physique des particules, que l’on étudie dans des collisionneurs comme ceux du CERN.
Une question importante en cosmologie moderne est celle de savoir ce qui est arrivé à
l’antimatière qui, selon la théorie, aurait dû être produite au moment du Big Bang.
Et même si elle ressemble à de la science-fiction – après tout, c’est le carburant de
l’
USS Enterprise de Star Trek
–, l’antimatière a des applications pratiques étonnantes.
Les positons sont à la base de la tomographie par émission de positons (TEP), puissant
outil d’imagerie utilisé en médecine. On peut se servir de positons pour déceler des
défauts dans des matériaux – comme des semiconducteurs étagés − que rien d’autre
n’est assez sensible pour détecter. On peut en ajouter pour marquer de petites particules
qui se déplacent rapidement – qu’il s’agisse de médicaments circulant dans le sang ou de
lubrifiants dans des moteurs d’avion à réaction.
Aujourd’hui, l’antimatière est surtout une technologie d’avenir – il en coûte des milliers de
milliards de dollars pour en produire un gramme. Mais peut-être qu’un jour le côté secret de
l’équation de Dirac propulsera des vaisseaux vers d’autres étoiles.
Dans la plupart des milieux traditionnels,
structurés en facultés et départements,
de telles rencontres sont peu probables. À
l’Institut Périmètre – dont les locaux sont
conçus pour susciter les échanges et la
collaboration entre disciplines –, le tout
est plus grand que la somme des parties.
À la rencontre de l’intelligence et de
l’imagination, où s’évanouissent les
frontières entre disciplines scientifiques,
où des esprits brillants sont invités à
explorer de nouvelles idées audacieuses
– c’est là que quelque chose
d’incroyable attend d’être découvert.