TROIS NOUVEAUX PROFESSEURS ASSOCIÉS À L’INSTITUT PÉRIMÈTRE


Des chercheurs dans les domaines de l’informatique quantique et de la gravité forte ont été nommés conjointement avec des universités ontariennes.

Trois nouveaux professeurs associés se sont joints à l’Institut Périmètre, venant augmenter le potentiel de l’Institut en informatique quantique et en astrophysique.

Le programme de professeurs associés de l’Institut Périmètre stimule les recherches effectuées à l’Institut et renforce ses liens avec ses universités partenaires. L’Institut Périmètre compte maintenant 21 professeurs associés, nommés conjointement avec 9 universités canadiennes.


Debbie Leung est une spécialiste de la théorie du traitement de l’information quantique. Professeure à l’Institut d’informatique quantique (IQC) de l’Université de Waterloo, elle étudie les propriétés fondamentales de l’information quantique. Ses travaux portent sur les codes de correction d’erreurs quantiques, les propriétés de l’intrication, la cryptographie quantique et les communications quantiques.

** Renseignez-vous sur les recherches menées à l’Institut Périmètre dans le domaine de l’information quantique. **

 


Christine Muschik, qui dirige le groupe de théorie de l’optique quantique à l’IQC, travaille sur de nouvelles méthodes de traitement de l’information quantique et sur des simulations quantiques de problèmes de physique des hautes énergies. Son objectif ultime est de comprendre les constituants fondamentaux de la nature. Son poste de professeure associée à l’Institut Périmètre donnera une impulsion à ses efforts : elle a récemment lancé l’initiative de recherche QFUN (Quantum Simulations of Fundamental Interactions – Simulations quantiques d’interactions fondamentales), projet conjoint de l’Institut Périmètre et de l’IQC, qui regroupe des scientifiques et des disciplines afin de mettre au point de nouvelles techniques de simulation quantique de théori6es quantiques des champs.


Chercheur à l’Université de Guelph dans le domaine de la gravité forte, Daniel Siegel simule à l’aide de superordinateurs des événements cosmiques violents tels que la collision d’étoiles à neutrons. Ces simulations lui permettent de travailler dans une grande variété de domaines, dont la physique de la gravitation, l’astrophysique nucléaire, l’astrophysique des hautes énergies et les phénomènes astronomiques transitoires.

M. Siegel dit que ses travaux vont bénéficier de sa venue à l’Institut Périmètre : « Dans la nouvelle ère de l’astrophysique des ondes gravitationnelles et de l’astrophysique multimessage, il y aura des besoins immenses en matière de théorie fondamentale pour interpréter et expliquer les observations de phénomènes nouveaux et inattendus.

« Selon moi, l’Institut Périmètre est précisément un lieu où l’on peut répondre à ces besoins. Ici, nous avons également la chance de faire avancer la théorie fondamentale à partir d’observations. » [traduction]

 

Institut Périmètre de Physique Théorique

L'Institut Périmètre est le plus grand centre de recherche en physique théorique au monde. Fondé en 1999, cet institut indépendant vise à favoriser les percées dans la compréhension fondamentale de notre univers, des plus infimes particules au cosmos tout entier. Les recherches effectuées à l’Institut Périmètre reposent sur l'idée que la science fondamentale fait progresser le savoir humain et catalyse l'innovation, et que la physique théorique d'aujourd'hui est la technologie de demain. Situé dans la région de Waterloo, cet établissement sans but lucratif met de l'avant un partenariat public-privé unique en son genre avec entre autres les gouvernements de l'Ontario et du Canada. Il facilite la recherche de pointe, forme la prochaine génération de pionniers de la science et communique le pouvoir de la physique grâce à des programmes primés d'éducation et de vulgarisation.

 

http://www.perimeterinstitute.ca/

 

Contact avec les médias,

Director of Communications & Media
519-569-7600 x4474